LTA-8
"Lunar Module Test Article 8"

Véhicule : LTA-8 (Lunar Module Test Article 8)
Début du test : 27 mai 1968, 13h CDT, Chambre B, SESL, MSC
Fin du test : 1 juin 1968
Durée de la mission : 161 heures, dont 48h25 habités
Équipage principal :
USAF Maj. James B. Irwin
Gerald "Gerry" Gibbons
Équipage de réserve :
Glennon Kingsley
Joseph Gagliano

L'objectif principal de la mission LTA-8 était de tester le module lunaire (LM) dans des conditions similaires à celles rencontrées sur la Lune et dans l'espace, pour préparer le premier vol habité du LM lors de la mission Apollo 9. La simulation LTA-8 eut lieu dans la chambre à vide B du SESL, au MSC. Le test comprenait donc des simulations de mises à feu de l'étage d'ascension et de l'étage de descente, ainsi que des tests du LM ECS (Environmental Control System). Les PLSS (Portable Life Support System), sac à dos comprenant l'O2 et tous les systèmes nécessaires à la survie des astronautes sur la Lune, devaient également être mis à l'épreuve. L'équipage devait également sortir du module lunaire, comme lors d'une vraie mission lunaire.


Le LTA-8 subit une inspection finale avant l'envoi au MSC.

Le test avait initialement été prévu avant la mission Apollo 1. Suite à la catastrophe qui emporta les 3 hommes, le LTA-8 subit de nombreuses modifications, et des maquettes furent construites de façon à vérifier la fiabilité des changements effectués. Le LTA-8 était pratiquement similaire au LM-3 de la mission Apollo 9. Après sa construction et les dernières vérifications à Bethpage, NY, le LTA-8 sortit alors des usines Grumman Aircraft Engineering Corp. Il fut envoyé au MSC par avion et arriva en septembre 1967.

L'équipage qui devait mené le test fut sélectionné dès avril 1967. Les astronautes Jim Irwin (ci-dessous à gauche) et John Bull (à droite) serait respectivement commandant (CDR) et pilote du module lunaire (LMP). Avant le test proprement dit, l'équipage devait s'entraîner aux procédures d'urgences. Les deux hommes devaient sortir le plus rapidement possible de la chambre à vide B du SESL. C'est pendant ces répétitions des procédures d'urgence où les 2 hommes étaient sans cesse soumis à des changements de pression que John Bull commença à être victime de symptômes inquiétants au niveau des sinus. Il lui devint bientôt impossible de procéder à ces tests. Il fut donc remplacé par Gerry Gibbons, un ingénieur de Grumman. Le Major Joe Gagliano (USAF), de la division de soutien des équipages du MSC, remplaça Gibbons dans l'équipage de réserve. Quelques temps plus tard, John Bull, qui était désormais cloué au sol, n'avait plus aucune chance d'être nommé pour une mission spatiale. Il démissionna du corps des astronautes.

  

Un incident failit également coûter cher à Jim Irwin pendant l'entraînement. Lors d'une simulation d'évacuation de la chambre B, il plaça un masque à oxygène sur son visage, comme l'indiquait la procédure et il se dirigea vers la sortie. Cependant, au bout de quelques mètres, il commença à tituber puis finalement s'effondra. L'équipe de secours vint immédiatement l'assister. En fait, Irwin avait malencontreusement placé en position "OFF" l'arrivée d'oxygène dans son masque, il ne pouvait donc plus respirer. Heureusement, cet incident n'eu aucun impact sur déroulement du test.

  
A gauche, Irwin porte l'ancien modèle de combinaison, et à droite, Bull porte l'A7L - Irwin (gauche) et Gibbons respirent de l'oxygène pur avant d'entrer
dans la chambre B du SESL.

Le test commença le lundi 27 mai 1968 à 13h. Pendant cette première étape, l'équipage devait activer les systèmes du LTA-8 et procéder à leur vérification. La salle de contrôle surveillait les performances du vaisseau, ainsi que l'état de l'équipage. Le test se passa correctement et dura 12 heures. Parallèlement au test du véhicule, Irwin et Gibbons devait évaluer les performances d'une nouvelle combinaison spatiale, le modèle A7L, créée par International Latex Company (ILC). Cependant, cette combinaison devait normalement être utilisé en apesanteur, ou à une pesanteur de 1/6G, sur la Lune. Sur Terre, ces deux combinaisons était extrêmement lourde, l'équipage se fatiguait vite. La journée de mardi fut donc une journée de repos.

La seconde période d'essai commença le mercredi 29 mai. L'équipage devait simuler la mise à feu des moteurs de descente et d'ascension, et les 2 hommes devaient également simuler d'autres manœuvres qui seraient effectuées par l'équipage d'Apollo 9 lors du premier vol du LM. Cependant, le LTA-8 n'était pas équipé des propulseurs présents sur les LM destinés au vol spatial. Le LTA-8 comportait de surcroît de nombreux senseurs qui permettaient aux techniciens d'évaluer les performances de l'engin. Le LTA-8 se montra une fois de plus remarquable et il fut donc décidé de passer à la seconde phase de test en annulant la pause prévue.

Lors des simulations, la pression de la chambre était similaire à celle d'une altitude de 140 km, et la température était diminuée à -212°C. Pour être encore plus proche de la réalité, l'équipage mangeait des aliments qui seraient emportés lors des vols spatiaux.

Pour permettre à Irwin et Gibbons de se reposer plus longuement, leurs doublures, Glen Kingsley et Joe Gagliano effectuèrent la troisième phase de tests habités le 31 mai, qui dura 10 heures. Le seul problème du test fut remarqué lorsque l'équipage se préparait à sortir du LM. En effet, une pièce des gonds de la trappe était brisée. Toutefois, ce problème n'avait pas une grande importance, car les gonds de la trappe du LTA-8 avait spécialement été conçu de façon à s'ouvrir avec une force minimale afin que l'équipage puisse sortir de la chambre B en cas de problème.

Le test pris fin le 1er juin 1968. Tous les systèmes avaient parfaitement fonctionné, et tous les objectifs fixés avaient été atteints. Seuls deux tests concernant les PLSS avaient été annulés. Le succès du test LTA-8 fut essentiel au bon déroulement du programme Apollo, tout comme 2TV-1.

 

Retour au menu


© 2005, MaxQ Webmaster. All rights reserved.
Source : NASA-MSC 1968 Press releases, Article "LTA-8", par Ed Hengeveld. Les photos sont la propriété de la NASA. Elle m'ont été généreusement fournie par Ed Hengeveld suite à son travail de recherche.