Kennedy Space Center
Cap Canaveral, Floride

Le Cap Canaveral se situe près de Cocoa Beach, à quelques centaines de kilomètres d'Orlando, en Floride. Dès 1947, il fut utilisé comme site de test pour missiles. Dans les années 50, c'était un lieu assez sauvage, mais réputé pour ses belles plages et ses sites de pêche. Le premier tir eut lieu en juillet 1950, avec le lancement d'un V-2 modifié. A l'époque, il n'y avait qu'un seul pas de tir, littéralement "posé" sur le sable, et seulement quelques rares installations.

  
Le cap Canaveral dans les années 1950 • Vue aérienne du KSC (cliquez pour un agrandissement)
Légende : 1 - LC37-A, LC-37B Lancement Saturn I, Saturn I-B, Delta IV
2- LC-34, Lancement Saturn I, Saturn I-B
3 - LC-39A, Lancement Saturn V
4 - LC-39B, Lancement Saturn V
5 - VAB, LCC
6 - KSC Industrial Area, MSOB, O&C Building

Au fur et à mesure, le nombre de pas de tir augmenta, parallèlement au développement des ICBM. Le site était la propriété du ministère de la défense (DoD), et l'un des principaux centres de l'Army Ballistic Missile Agency, pour laquelle travaillait Wernher von Braun. En décembre 1959, après un accord entre la NASA et le DoD, une partie du l'équipe de von Braun qui comptait alors plus de 5000 personnes et qui était dirigée par Kurt Debus fut transféré du DoD vers la NASA. Le site appartenait toujours à l'armée, mais fut bientôt désigné comme Marshall's Launch Operations Directorate at Cape Canaveral. La NASA finit par acquérir en partie la base et les installations. Le gouvernement acheta de plus en plus de terrain afin d'agrandir le site du cap Canaveral, et en particulier la zone de Merritt Island, pouvant servir de base de lancement. En juillet 1962, le site du cap Canaveral devint un centre indépendant et fut renommé Launch Operations Center, et Kurt H. Debus en fut le premier directeur. En décembre 1962, d'autres organes de la NASA concernant les opérations de lancement furent transférés au Cap, et celui-ci fut renommé Kennedy Space Center en décembre 1963.

  
Construction des installations au KSC • Construction du pas de tir 39 à Merritt Island

Lors du programme Apollo, Le KSC était principalement responsable de toutes les opérations de lancement, mais également du développement des installations de soutien, d'assemblage, de test, d'inspection et de vérification des lanceurs et des véhicules spatiaux.

De nombreuses installations furent implantées au KSC pour le programme Apollo. On compte de nombreux pas de tir. Les principaux sites sont les suivants :

Pas de tir
(LC = Launch Complex)
Véhicule Propriétaire du site Programme
LC-39A/LC-39B Saturn V, Navette Spatiale NASA- KSC Apollo, STS
LC-41 Titan 3, 3E, 4 Atlas V CCAFS
(Cape Canaveral Air Force Station)
DoD (Department of Defense)
LC-40 Titan 3, Titan 4 CCAFS DoD
LC-37A/LC-37B Saturn I, Saturn I-B, Delta IV CCAFS Apollo, DoD
LC-34 Saturn I, Saturn I-B CCAFS Apollo, DoD
LC-20 Starbird, Titan I, Titan II CCAFS DoD
LC-19 Titan II CCAFS Gemini
LC-16 Titan I, Titan II, Pershing CCAFS DoD
LC-15 Titan I, Titan II CCAFS DoD
LC-14 Atlas D CCAFS Mercury, DoD
LC-13 Atlas Agena CCAFS DoD, Gemini
LC-12 Atlas Agena CCAFS DoD
LC-11 Atlas CCAFS DoD
LC-36 Atlas I, Atlas II CCAFS DoD
LC-1, LC-2, LC-3, LC-4 V-2, Snark, Aerostat CCAFS DoD
LC-46 Trident LMLV CCAFS DoD
LC-21, LC-22 Bull Goose, Mace CCAFS DoD
LC-9, LC-10 Navaho CCAFS DoD
LC-31, LC-32 Minuteman CCAFS DoD
LC-18 Blue Scout, Vangard, Thor Able CCAFS DoD
LC-17A/LC-17B Delta II CCAFS DoD
LC-26 Jupiter, Juno CCAFS DoD
LC-5, LC-6 Redstone CCAFS Mercury
LC-30 Pershing CCAFS DoD
LC-25 Trident I, Poseidon CCAFS DoD
LC-29 Polaris CCAFS DoD

Le chantier principal fut celui du complexe de tir 39 (Launch Complex 39) sur Merritt Island, qui comprenait un hangar capable d'abriter 4 Saturn V mesurant chacune plus de 110 mètres de haut et 10 mètres de diamètre. Ce hangar fut baptisé VAB pour Vertical Assembly Building puis renommé Vehicle Assembly Building. Il permettait l'assemblage des lanceurs à la verticale. Le bâtiment est tellement haut et vaste que des micro-climats et des nuages s'y forment, entraînant des chutes de pluies à l'intérieur, alors que le ciel est clair à l'extérieur! Le VAB fut construit par les sociétés "Morrison, Knudson-Perini & Hardeman", "U.S. Steel", "Blount Brothers" et sous la direction du U.S. Army Corps of Engineer. 3000 personnes y travaillèrent. Le VAB contenait 4 baies appelées "High Bays", trois étaient utilisées pour la Saturn V, et la dernière pour un autre type de véhicule.

  
Construction du VAB • Diagramme en coupe du VAB.

   
Plan du VAB (Cliquez pour un agrandissement) • Photo du VAB en 1966.

Des plate- formes permettant l'assemblage des lanceurs à la verticale, transportables du VAB jusqu'au pas de tir furent construites : les LUT ou Launch Umbilical Tower. Pour les transporter, un gigantesque véhicule appelé Crawler supportait les 5500 tonnes que pesaient le lanceur et la LUT, et les amenait au pas de tir par une voie spéciale baptisée "Crawlerway". Le Crawler a été conçu par la Marion Power Shovel Company et est utilisé aujourd'hui pour transporter la navette spatiale. Des MSS ou Movable Service Structure qui permettaient aux techniciens d'effectuer les dernières modifications sur la fusée avant le lancement se situaient sur le pas de tir. Un centre de contrôle de lancement (LCC) fut établi près du VAB (bâtiment blanc visible près du VAB).

 
Schéma du Crawler (cliquez pour un agrandissement) • Le Crawler, photographié en 2000, toujours utilisé au KSC.


La MSS à gauche en gris, et une LUT en rouge.

Les opérations lors du programme Apollo s'effectuaient dans cet ordre. Tout d'abord, une plate-forme de lancement mobile était amenée par le Crawler dans une des baies du VAB. Le premier étage de la Saturn V, appelé S-IC arrivait par barge au KSC, et était transporté horizontalement dans le VAB. Ensuite, il était accroché à une grue et positionné à la verticale, puis glissé dans un emplacement spéciale de la baie. Le second et troisième étage arrivaient ensuite, et on procédait aux vérifications et tests avant l'assemblage. Une fois ces opérations de vérification terminées, le second étage était placé dans la baie et assemblé au premier, et on procédait de même pour le troisième étage. Tous les étages du lanceur étaient connectés avec un ordinateur placé dans la plate-forme, qui transmettait des informations et des données au Launch Control Center (LCC). Pendant ce temps, le CSM et le LM arrivaient au KSC et subissaient une série de tests et de vérification dans le MSOB (Manned Spacecraft Operations Building). Il étaient ensuite amené au VAB, puis hissés et assemblés au lanceur. Le Crawler arrivait au VAB, on ouvrait les grandes portes des baies, puis le Crawler transportait le lanceur assemblé avec les 2 vaisseaux jusqu'au pas de tir. Vitesse du trajet : 3km/h en moyenne.

     
Le CSM d'Apollo 15 au MSOB • Le LM d'Apollo 15 au MSOB • Le S-IC dans le VAB


Transport de la Saturn au pas de tir.

Le LCC (Launch Control Center) est situé près du VAB, et contenait lors du programme Apollo des bureaux, une cafétéria et le centre de contrôle. L'équipement de soutien au lancement était situé au rez de chaussée. Le premier étage contient les équipements de télémétrie, de stockage et de traitement des données. Le second étage contient 4 salles de contrôle et de mise à feu, dont 3 étaient totalement équipées d'ordinateurs et de consoles. La quatrième n'était pas complètement opérationnelle. Le quatrième étage contient des bureaux et des équipements mécaniques. Les équipes surveillaient et contrôlaient le lancement depuis les salles de mise à feu.

  
Le LCC lors du lancement d'Apollo 11 • Le LCC juste après la construction.

Deux ordinateurs contrôlaient les systèmes : Le Acceptance Checkout Equipement (ACE) conçu et géré par General Electrics Company était utilisé pour le vaisseau Apollo. Le LCC comprenait quant à lui un RCA110A, et un autre était situé dans la base de la plate-forme de lancement. Les deux ordinateurs vérifiaient en permanence les systèmes du lanceur.


La salle de contrôle de l'ACE.

Des barges permettaient le transport des étages de la Saturn V jusqu'au VAB, et l'avion Super-Guppy qui était un gros porteur amenait le LM et le CSM.


Le Supper-Guppy amène le LM au KSC.

Deux pas de tir adaptés à la Saturn V furent construits : le Pad 39-A et le Pad 39-B, tous deux identiques. Seule la mission Apollo 10 utilisa le 39-B. Ils étaient équipés de plusieurs systèmes dont un Water Deluge System qui permettait, en cas de problème, de déverser des millions de litre d'eau en quelques secondes dans la fosse située sous la Saturn V, évitant l'explosion. Les LUT possédaient un système permettant également d'asperger le lanceur avec de l'eau sur toute sa hauteur.

Le KSC comportait également une série de simulateurs, qui permettait aux équipages de s'entraîner jusqu'au jour du lancement. Le jour du lancement, les astronautes s'équipaient de leurs combinaisons dans l'O&C Building (Bâtiment des opérations et des vérifications). Une fois prêt, ils étaient transférés au pas de tir à bord du Crew Transfer Van (CTV). Arrivés au pas de tir, il prenait alors un ascenseur qui les montait jusqu'au Module de Commande, presque au sommet de la Saturn V. Le LMP (pilote du module lunaire) entrait d'abord, suivit par le CDR (Commandant), puis par le CMP (Pilot du module de commande).


La salle des simulateurs.

Les astronautes étaient installés dans le Module de Commande trois heures avant le lancement. L'entrée du module de commande était situé dans une salle blanche, fixée à l'extrémité d'un des "bras" reliant le lanceur à la LUT. C'est dans cette salle blanche que les techniciens vérifiaient l'intérieur du module de commande avant l'arrivée des astronautes, et qu'ils assistaient ces derniers pour l'installation et l'harnachement à l'intérieur du véhicule. Le plus célèbres de ces techniciens, qui était directeur du pas de tir 39, est Genter Wendt, un émigré allemand, employé par ILC, la compagnie qui fabriquait les combinaisons spatiales. Wendt, qui était le dernier homme à voir les astronautes avant la grand départ, était surnommé le Pad Führer, et arborait un fort accent allemand. C'est lui qui verrouillait la trappe du vaisseau. Il travailla sur Mercury, Gemini et Apollo. Après le verrouillage de la trappe, tous les techniciens évacuaient rapidement le pas de tir. 5 minutes avant le lancement, le bras d'accès au Module de Commande, qui contenait la salle blanche s'éloignait du lanceur. A T-50 secondes, la fusée passait en mode d'alimentation interne, c'est-à-dire que les réservoirs étaient pleins et que la fusée utilisait sa propre énergie. La séquence de mise à feu commençait 8,9 secondes avant le décollage, tous les moteurs étaient en marche à T-2 secondes, et la fusée décollait à T=0.

Le LCC contrôlait tout le lancement. Un Capcom y était également présent. Celui-ci communiquait avec l'équipage pendant le compte-à-rebours. Dès que le lanceur avait quitté les rampes de lancement, le contrôle du vol basculait, et le Mission Control Center (MCC) à Houston, prenait le relais. Le signal qui confirmait à Houston de prendre le relais est aujourd'hui encore utilisé : le directeur du lancement lançait, une fois que la fusée avait quitté le pas de tir : "The tower is clear", c'est à dire "La tour est vide".

Le Kennedy Space Center est aujourd'hui encore chargé des opérations de lancement de la Navette Spatiale.

Retour au menu


© 2003, MaxQ Webmaster. All rights reserved.

La plupart des photographies et des images présentes sur ce site sont extraites de divers sites internet de la NASA et appartiennent au domaine public. L'utilisation de ces images dans un but commercial est formellement interdite. Pour plus de détails, se reporter aux instructions concernant l'utilisation des images sur le site de la NASA.