Affectation

Lors du programme Mercury, les astronautes devinrent rapidement des figures publiques. L'état-major de la NASA décida de créer un poste qui permettrait de gérer les activités des astronautes : leurs apparitions en public, leurs interviews et de coordonner ceci avec leurs horaires d'entraînement.

  
Les astronautes Mercury. De gauche à droite, Scott Carpenter, Gordo Cooper, John Glenn, Gus Grissom, Wally Schirra,
Al Shepard et Deke Slayton - Sur la seconde, Deke Slayton.

Le capitaine Donald K. Slayton (U.S. Air Force), surnommé Deke, fut choisi (photo ci-dessus). Né, en 1924, il était à l'origine, comme tous les astronautes Mercury, pilote d'essai. Slayton s'était engagé dans l'Air Force en 1943 et avait effectué 56 missions de combat en Europe en tant que pilote de B-25. En 1944, il retourna aux États-Unis et fut nommé instructeur, avant d'être envoyé au Japon en avril 1945 où il effectua 7 missions de combat. Après la guerre, il occupa de nouveau la position d'instructeur avant d'entrer à l'Université du Minnesota, où il décrocha son Bachelor of Science (équiv. à une licence) en génie aéronautique en 1949. Il travailla deux ans chez Boeing en tant qu'ingénieur aéronautique, avant d'être rappelé par la garde nationale du Minnesota. Il y occupa le poste d'officier de test et de maintenance d'un escadron de P-51, puis d'inspecteur technique, et finalement de pilote de chasse et officier de maintenance en Allemagne. De retour aux USA en juin 1955, il fréquenta l'U.S. Air Force Test Pilot School à Edwards Air Force Base et devint pilote d'essai en janvier 1956. Il participa aux tests et au développement de nombreux appareils pour l'Air Force mais aussi pour d'autres pays étrangers.

En avril 1959, il fut sélectionné comme astronaute Mercury, dans le premier groupe d'astronaute américain. Il devait voler lors du second vol orbital du programme, mais les médecins découvrirent une irrégularité dans son rythme cardiaque. Celle-ci, bien que mineure, l'empêcha d'effectuer ce vol, et quelques temps plus tard, il fut définitivement cloué au sol. Il lui fut bientôt interdit de voler seul à bord d'un avion, alors que Slayton avait été l'un des meilleurs astronautes Mercury, et un excellent pilote d'essai.

  
Slayton assiste en l'entraînement de Collins avant Gemini X - Deke Slayton
et le directeur de vol Chris Kraft au Mission Control (encore au KSC à l'époque)
lors de la mission Mercury-Atlas 9.

En septembre 1962, il fut nommé Coordinateur des activités des astronautes, suite aux requêtes de ses collègues astronautes du groupe Mercury, qui préféraient que l'un d'eux exerce cette fonction. Néanmoins, sa responsabilité principale était l'affectation des astronautes. Slayton avait les pleins pouvoirs pour cette tâche. Pour ce faire, il étudiait et évaluait en détail les qualifications personnelles et professionnelles de chacun des astronautes, ainsi que leurs connaissances concernant les systèmes du vaisseau et les procédures de mission, mais surtout leur implication et leur engagement dans le programme. C'est de lui que dépend la composition de tous les équipages du programme Gemini et du programme Apollo.

Lors de la réorganisation du Manned Spacecraft Center (MSC), en 1963, la position de Slayton devint désormais directeur des opérations des équipages (Assistant Director for Flight Crew Operations). Pendant quelques temps, il avait été nommé Chef du bureau des astronautes (Chief of the Astronaut Office). Ce bureau était un organe administratif qui coordonnait l'entraînement et les autres activités du corps des astronautes. L'Astronaut Office était dirigé comme une unité militaire. Slayton encourageait le dialogue entre les astronautes et lui-même, mais lorsqu'il avait pris une décision, la discussion était close... Désormais en tant que Director for Flight Crew Operations, il était chargé de la supervision des activités des astronautes, des opérations aériennes du MSC, de l'entraînement et des simulations, et des procédures relatives aux équipages. Al Shepard, cloué au sol en 1965 à cause du syndrôme de Mesnières, fut nommé Chef du bureau des astronautes et remplacement de Slayton.

  
A Gauche, l'équipage original d'Apollo 13 avant que Swigert ne remplace Mattingly comme CMP (au centre) • Le nouvel équipage principal avec Swigert comme CMP au centre.

Le système d'affectation et de rotation de Slayton était simple. Pour chaque mission, un équipage principal (Prime Crew) et un équipage de réserve (Backup Crew) étaient nommés. Ces deux équipages suivaient exactement le même entraînement. Si l'un des astronautes de l'équipage principal ne pouvait pas effectuer le vol à cause d'un problème médical ou personnel, il était automatiquement remplacé par sa "doublure" venant l'équipage de réserve, et ce à n'importe quel moment de l'entraînement. Jack Swigert, membre de l'équipage de réserve d'Apollo 13 a remplacé Ken Mattingly seulement 3 jours avant le lancement. Un troisième équipage, l'équipage de soutien (Support Crew) assistait l'équipage principal lors de l'entraînement. Le Support Crew était chargé du maintien du Flight Data File, de la mise à jour des plans de vols, des check-lists, mais devait également tenir au courant les équipages principaux et de réserve des changements de procédure de la mission. Le Support Crew était en quelque sorte chargé des tâches administratives mais également du bon déroulement de certaines phases de l'entraînement.


Bob Parker, membre de l'équipage de soutien, vérifie le LRV (Lunar Roving Vehicle, Jeep lunaire) chez Boeing.

Le système de promotion et de rotation de Slayton était le suivant : un équipage de réserve était nommé équipage principal trois vols plus tard. Par exemple, l'équipage de réserve d'Apollo 12 (Scott, Worden et Irwin) fut nommé équipage principal d'Apollo 15.

On remarque aussi certaines similitudes entre les affectations. Le Commandant d'une mission lunaire ne pouvait en principe pas marcher une seconde fois sur la Lune. Un pilote du module lunaire (LMP) ou un pilote du module de commande (CMP) pouvait devenir commandant 6 missions plus tard. Jim Lovell, CMP d'Apollo 8, devait commander Apollo 14 (finalement, il commanda Apollo 13). Dave Scott, CMP d'Apollo 9, commanda Apollo 15 et Young, CMP d'Apollo 10 commanda Apollo 16.

Un astronaute était constamment évalué lors de son entraînement. Slayton évaluait les connaissances des différents astronautes sur le plan théorique : maîtrise des procédures d'une mission, bonne connaissance des différents systèmes du CSM ou du LM, ... Et également sur le plan pratique : les astronautes s'entraînaient sans cesse au vol à bord d'avions T-38, et cette partie de l'entraînement était très importante pour la nomination finale dans un équipage. L'investissement personnel était également une qualité indispensable. Les astronautes ne devaient pas avoir peur de travailler les week-ends...

Ce système de promotion fut assez critiqué, et les réelles motivations poussant Slayton à nommer tel ou tel astronaute dans un équipage n'ont pas toujours été très claires. On lui reprocha, ainsi qu'à Shepard, qui avait aussi son mot à dire en tant que chef du bureau des astronautes, de régner en dictateurs sur le corps des astronautes. Les astronautes étant passés par Edwards Air Force Base, la prestigieuse école des pilotes d'essai de l'Air Force, où les meilleurs pilotes du pays voir du monde sont formés, ou encore les pilote d'essai de la Navy ou du corps des Marines étaient bien souvent privilégiés. Les astronautes ayant une formation plus scientifique et moins fondé sur le pilotage d'avion à réaction étaient quelque peu mis à l'écart. 

En 1972, l'Académie des sciences américaine reprocha d'ailleurs à Slayton la nomination au poste de pilote du module lunaire de Joe Engle pour la mission Apollo 17. Engle était un officier de l'Air Force et l'un des meilleurs pilotes d'essai de l'époque. En effet, aucun des "Scientist astronauts" qui avaient été sélectionnés en 1965 pour leurs excellentes qualifications dans le domaine de l'astronomie ou encore de la géologie n'avait jusqu'alors volé sur une mission Apollo. L'académie ordonna à la NASA de remplacer Engle par Jack Schmitt, géologue de formation, malgré les farouches oppositions de Slayton.

De même, en appliquant rigoureusement le principe de rotation, l'équipage principal d'Apollo 13 devait être composé de Gordo Cooper, Donn Eisele et Ed Mitchell, mais Shepard étant entre temps redevenu membre actif du corps des astronautes, Gordo Cooper se fit évincé, tout comme Eisele, et le commandement d'Apollo 13 revint à Shepard. Shepard vola finalement sur Apollo 14 après permutation des missions avec l'équipage de Jim Lovell.

Malgré tout, Deke Slayton était très proche de ses hommes. Par exemple, il participait à chacun des traditionnels "breakfasts" que prenaient les équipages le jour du lancement. Aujourd'hui encore le chef de l'Astronaut Office (actuellement Kent Rominger) accompagne les astronautes jusqu'au pas de tir. Sur la photo ci-dessous, Deke Slayton (en pull rouge) déjeune avec l'équipage d'Apollo 11 avant le lancement. A droite, il surveille, l'entraînement aux EVA de Gene Cernan avant Apollo 17.

  

Deke accompagnait ses hommes jusqu'au dernier moment. Par exemple, sur la photo ci-dessous, il sert une dernière fois la main de Ron Evans, pilote du module de commande d'Apollo 17.

Durant une mission, Slayton passait le plus clair de son temps au Mission Control où il surveillait la progression de la mission, bien que sa fonction de directeur des opérations de équipages ne fut pas directement reliée avec le contrôle de vol. Sur la première photo ci-dessous, Deke discute de l'état du vaisseau avec un contrôleur de vol lors de Gemini 5. Sur la seconde photo, on peut observer Slayton à droite faisant le point sur la situation actuelle de la mission Apollo 13 avec les responsables de la mission. Lors de cette mission, il fut l'une des rares personnes à l'exception des Capcoms à communiquer avec l'équipage.

  
Deke Slayton s'entretient avec un contrôleur de vol lors de la mission Gemini V • Deke Slayton présente aux responsables de la NASA la "Mailbox", filtre à CO2 conçue en urgence avec le matériel de bord lors d'Apollo 13.

En 1972, une commission de la FAA et de la NASA réexamina l'état médical de Slayton, et il fut de nouveau autorisé à voler. Il se proposa comme commandant de la future mission historique Apollo-Soyouz Test Project (ASTP), premier rendez-vous spatial entre un vaisseau américain et un vaisseau soviétique. Finalement, il fut nommé Pilote du module d'arrimage (Docking Module Pilote, DMP) Ci-dessous, l'équipage américain d'ASTP (de g. à d.) : Donald K. Slayton, DMP - Vance D. Brand, CMP - Thomas P. Stafford, CDR.

ASTP fut le seul et unique vol de Slayton. Après celui-ci, il exerça diverses fonctions au sein de la NASA, qu'il quitta dans les années 1980. Slayton est mort le 13 juin 1993 d'une tumeur au cerveau.

Aujourd'hui, la structure de l'Astronaut Office a été largement modifiée, en partie à cause du grand nombre d'astronautes. En 1963, il y avait environ une trentaine d'astronautes au sein du corps. Aujourd'hui, il y en a plus de 120. De plus, les affectations dépendent désormais bien plus des compétences dans les domaines de la médecine, de la biologie ou encore de la physique que des performances des pilotes d'essais au manche de leurs prototypes ou de leur chasseurs, comme à l'époque de l'étoffe des héros.


Retour au menu

 

Source principale : "Where no man has gone before", SP-4214, NASA


© 2005, MaxQ Webmaster. All rights reserved.

La plupart des photographies et des images présentes sur ce site sont extraite de divers sites internet de la NASA et appartiennent au domaine public. L'utilisation de ces images dans un but commercial est formellement interdite. Pour plus de détails, se reporter aux instructions concernant l'utilisation des images sur le site de la NASA.