Apollo 8

Véhicules : CSM-103, Saturn V 503
Lancement : 21 décembre 1968, 7h51 EST, Pas de tir 39-A
Atterrissage : 27 décembre 1968, 10h51 EST
Durée de la mission : 147h
Équipage principal :
CDR - USAF Col. Frank F. Borman, II
CMP - USN Capt. James A. Lovell, Jr.
LMP - USAF Maj. William A. Anders
Équipage de réserve :
Neil A. Armstrong
USAF Col. Edwin E. Aldrin
Fred W. Haise, Jr.

L'objectif original d'Apollo 8 était un vol en haute orbite terrestre. Cependant, des informations recueillies par la CIA laissaient présager que l'URSS s'apprêtait à envoyé un équipage en orbite lunaire avant la fin de l'année. Une progression normale du programme prévoyait des essais habités en orbite terrestre du LM avant une mission circumlunaire. La NASA et le gouvernement américain craignant un succès de l'Union Soviétique, l'ordre prévu des missions fut changé. La mission en haute orbite terrestre fut annulée, et la mission circumlunaire devint l'objectif numéro 1.

  
L'équipage principal d'Apollo 8 : Bill Anders, Jim Lovell & Frank Borman • Anders, Lovell et Borman à l'intérieur d'un CM pendant une simulation.

Jim McDivitt, Dave Scott et Rusty Schweickart durent attendre quelques mois supplémentaires, préférant conserver le privilège de tester le module lunaire, tâche pour laquelle ils s'entraînaient depuis bien longtemps. Deke Slayton avait convoqué McDivitt quelques temps auparavant afin de lui proposer une alternative : soit son équipage abandonnait le module lunaire et partait avec Apollo 8 autour de la Lune, soit ils volaient avec le LM, ce pour quoi ils s'étaient tant préparés, mais attendaient leur tour. McDivitt remercia Slayton, et choisit de conserver sa mission avec le LM, laissant son tour à l'équipage de Borman.

Apollo 8 devint donc la première mission habitée à destination de la Lune. Frank Borman, Jim Lovell et Bill Anders furent sélectionnés. Borman était un vétéran de Gemini. Il avait commandée la plus longue mission du programme, Gemini VII, aux côtés de Jim Lovell. Lors de ce même vol, ils avaient également procédé au premier rendez-vous spatial de l'histoire de deux vaisseaux habités, en s'approchant à quelques mètres du vaisseau Gemini VIA, avec Wally Schirra et Tom Stafford à bord. Lovell était reparti dans l'espace et avait commandé Gemini XII, la dernière mission du programme. Anders volait quant à lui pour la première fois. Le changement d'objectif de la mission avait eu pour conséquence une accélération de l'entraînement de l'équipage mais également des préparations des équipes au sol.


La Saturn V n° 503

Apollo 8 allait être la première mission habitée à utiliser le lanceur Saturn V, la seule fusée assez puissante pour propulser le CSM et les 3 hommes en orbite lunaire. Un Lunar Module Test Article (LTA) qui était ni plus ni moins qu'une maquette grandeur réelle du LM avait été installé dans le S-IVB afin de simuler un arrimage.

     
Anders (au fond), Lovell & Borman au premier plan quitte le MSOB pour le pas de tir • Anders au premier plan
se relaxe quelques heures avant le grand départ • Décollage de la Saturn V.

A 7h51 le 21 décembre 1968, la gigantesque Saturn V décolla du pas de tir 391 pour la première fois avec des hommes à son sommet, solidement harnachés à l'intérieur du CM. Le lancement se passa conformément aux attentes, et le complexe S-IVB/CSM fut placé en orbite terrestre. Après environ 3h de vérification des systèmes de bord, Houston donna son approbation à l'équipage d'Apollo 8 pour lancer la procédure qui allait, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, libérer 3 hommes de l'attraction terrestre et les envoyer vers un nouveau corps céleste, la Lune. Et ce pas décisif dans l'histoire fut lancé par une simple phrase, toujours dans l'esprit et la terminologie de la NASA : "Apollo 8, this is Houston. You are go for TLI, over". TLI est le sigle pour injection translunaire, qui est la poussée nécessaire fournie par le S-IVB pour envoyer le CSM vers la Lune. La poussée eut lieu et le CSM fut propulsé vers la Lune.


Le S-IVB photographié depuis le CM. Les points blancs sont des cristaux de comburant
du S-IB gelés par le froid de l'espace.

Environ 25 minutes plus tard, le CSM se détacha du S-IVB et procéda à une simulation d'arrimage avec le LM et à une série de photos du S-IVB. La manœuvre de TLI était tellement précise qu'une seule correction de trajectoire majeure à l'aide du SPS fut nécessaire pour tout le voyage jusqu'à la Lune, puis une seconde correction mineure environ 50h après le lancement.

Pendant les 66h de traversée Terre-Lune, l'équipage s'occupa des systèmes de bord, retransmis des émissions TV, testa la High-Gain Antenna (HGA) installée pour la première fois sur un vaisseau Apollo et procéda à des visées de navigation à l'aide du SXT et du SCT. Lors du trajet, Frank Borman fut frappé par des nausées. Il en informa le MCC par un moyen spécial, et non pas en direct. L'équipage enregistra le message sur un magnétophone spécial, dont les enregistrements étaient ensuite écoutés sur un canal spécial à intervalles réguliers par un technicien de Houston, et non pas par toute la salle de contrôle. Borman ne voulait pas mettre en danger le bon déroulement de la mission à cause de ses nausées, qui s'estompèrent d'ailleurs au fur et à mesure du vol.


Anders à l'intérieur du CM

A proximité de la Lune, environ 66h après le début de la mission, le réacteur principal du CSM, le SPS, fut mis à feu afin de placer le véhicule en orbite lunaire elliptique. La manœuvre se déroula parfaitement. Après quatre heures de vérification des paramètres de la trajectoires, une nouvelle mise à feu permis de circulariser l'orbite. Apollo 8 tournait autour de la Lune à une altitude de 96 km.

  
La surface lunaire depuis Apollo 8 • Un lever de Terre (Earthrise) observé depuis le CM

Pendant 12h, l'équipage observa à de nombreuses reprises le spectacle le plus incroyable jamais observé, un lever de Terre. L'humanité et tout ce qu'avaient connu les 3 hommes était visible d'un seul coup d'œil. Apollo 8 fit également de la reconnaissance pour les prochains alunissage. Le soir de Noël, l'équipage diffusa une émission TV en direct depuis la Lune, et les 3 hommes lurent chacun un passage de la Genèse. Les activités des 4 dernières heures en orbite lunaire furent annulées pour cause de fatigue de l'équipage, qui avait du mal à se détendre étant donné toutes les "premières" que contenaient le plan de vol.

89 heures après le décollage, le SPS fut rallumé et arracha le CSM de son orbite lunaire pour le repropulser vers la Terre. Une seule correction de trajectoire utilisant uniquement le SM RCS fut nécessaire.

Le CM fut séparé du SM 146h après le début de la mission. La rentrée dans l'atmosphère fut parfaite, et les manœuvres de désorbitation et de guidage lors de la rentrée si précises que le CSM amerrit à moins de 2km du point prévu. L'U.S.S. Yorktown récupéra les 3 hommes après 147h de mission. Tous les objectifs de la mission furent remplis. Borman, Lovell et Anders avaient accompli leur mission historique avec brio.


Borman, Anders & Lovell sur l'US.S. Yorktown après la récupération.

Ce fut la dernière mission de Borman, qui s'occupa du projet de station spatiale quelques temps, puis quitta la NASA en janvier 1970 pour le secteur privé. Lovell allait être nommé Commandant de l'équipage de réserve d'Apollo 11, puis Commandant d'Apollo 13. Anders fut CMP de l'équipage de réserve d'Apollo 11. Il fut nommé Secrétaire exécutif du National Aeronautics & Space Council peu de temps après. Il ne revola jamais dans l'espace.

 

Retour au menu


© 2005, MaxQ Webmaster. All rights reserved.

La plupart des photographies et des images présentes sur ce site sont extraites de divers sites internet de la NASA et appartiennent au domaine public. L'utilisation de ces images dans un but commercial est formellement interdite. Pour plus de détails, se reporter aux instructions concernant l'utilisation des images sur le site de la NASA.